8 vues

Elodie Clouvel, parcours d'une sportive de haut niveau

Pour l'émission Le Monde Campus Le Mag, tournée à Saint Etienne, Elodie Clouvel, sportive de haut niveau revient sur parcours et nous parle de préparation mentale et de dépassement de soi. 

Extraits de cette interview selectionnés par l'Onisep.

Vous êtes la meilleure pentathlète française, vous êtes une des meilleures au monde, vous avez été vice championne olympique à Rio, c'était en 2016, vous étiez alors la première Française à monter sur un podium olympique dans cette discipline.

On va commencer quand même par dire un tout petit mot sur le pentathlon moderne, la natation, l'escrime, l'équitation, la course et le tir.
Un des premiers sports dans lequel vous avez exceller, c'est la natation. Vous allez tenter de vous qualifier pour les JO de Pékin en 2008, ça ne fonctionne pas et c'est là que vous allez basculer vers le pentathlon. Est ce que c'est ça être une compétitrice et se relever finalement d'un échec ?
Totalement. C'est à chaque fois qu'on a des difficultés ou qu'on est tout en bas, finalement, c'est trouver les solutions, les clés à l'intérieur de soi et les ressources qui font qu'on va se relever. Et ça fait preuve de beaucoup de courage en fait. Il y a beaucoup de peur, mais franchir ce cap là, c'est oser, c'est aller de l'avant et c'est valable pas seulement dans le sport, c'est valable dans tous les domaines.
Donc quand on n'a plus de solutions, on se dit comment je vais faire ? La solution généralement elle est au fond de soi même et de se lancer tout simplement, d'oser quelque chose de nouveau, et c'est ce que j'ai fait, j'ai tout tenté, je connaissais pas le pentathlon moderne et j'ai appris, et ça m'a permis de me relancer et de devenir la femme que je suis aujourd'hui.

Entre temps, des études sport études à Font-Romeu. Quitter Rochetaillée, quitter la famille assez jeune, vous aviez quoi ? Quatorze, quinze ans ?
J'avais quinze ans.
Vous vous souvenez de votre premier jour à Font-Romeu, du premier jour toute seule ?
Forcément, quand on arrive en internat, on était quatre par chambre, donc mes parents m'ont amenée, m'ont installée, etc voilà, on a tout installé et après, ils ont dû partir.
Et là, forcément, à quinze ans, on était à 800 kilomètres de la maison, donc ça fait quelque chose. Un vrai pincement au cœur, et au début on est un petit peu perdu. Pendant un bon mois, je me suis dit Mais comment je vais faire ? Ça va être super dur. Et puis c'était strict. Voilà, on arrive à l'internat c'est strict, il y a un cadre. Les coachs, c'est deux fois par jour entraînement, c'est comme ci c'est comme ça. Et ouais, au début on est un peu perdus, mais après on rentre dedans et puis on se fait des amis. Il y a une vraie émulation de groupe aussi, donc c'est ça qui fait que l'aventure, elle commence à être magnifique, et même si c'est dur finalement, on sait pourquoi on le fait.
Ce que j'aimais, c'était le sport et et tout donner à l'entraînement. Après, je faisais des études, je comprenais pas forcément tout ce qu'on essayait de m'apprendre, je comprenais pas le fonctionnement scolaire. J'avais du mal à m'adapter parfois à ce que disaient les professeurs, etc, parce que j'avais une autre façon de penser. J'étais une élève différente, on va dire, et à un moment donné, c'est pour ça aussi que j'ai eu des profs particuliers qui prenaient le temps de m'expliquer les choses parce que tout simplement, ce n'est pas que je n'y arrivais pas, mais c'est que j'avais besoin de comprendre d'une manière différente.

Je suis née dans une famille de sportifs de haut niveau et c'est vrai que depuis toute jeune, j'ai baigné dans le sport. Mais aussi je pense qu'au fond de moi même, ils m'ont transmis cette envie de compétition, et cette force intérieure qui m'a amenée aujourd'hui à être une championne, je pense.
J'aime me surpasser justement et me surpasser moi même, en fait. Écraser les autres, ce n'est pas dans ma nature. Je fais de la compétition pour moi avant tout. Bien sûr que quand je prends le départ d'une compétition, c'est pour gagner et c'est avec cette envie de gagner tout simplement la compétition. Mais je fais ça d'abord pour moi et pour me surpasser et donner le meilleur de moi même, surtout.

Une vidéo
produite par

Le Monde

Liste des vidéos

Retour en haut