203 vues

Accompagnateur de tourisme équestre

Bon cavalier, guide, mais aussi animateur, Didier conduit des randonnées à cheval pendant quelques heures ou plusieurs jours. Garant de la sécurité des cavaliers, il adapte les montures et les étapes au profil de ses clients. Il fait découvrir les régions traversées sous tous leurs aspects : naturel, historique, économique...

Didier Bouvet, j'ai 33 ans et ça fait dix ans que je suis accompagnateur de tourisme équestre.

Mon métier, c'est d'accompagner des groupes à cheval sur des balades de moins d'une journée à sur plusieurs jours et tout type de public, des enfants comme des adultes. La deuxième partie du métier, qui est très importante aussi, c'est toute la partie soin aux chevaux.

La journée type : on explique comment la rando va se passer. On va chercher les chevaux pour commencer à les préparer, donc on fait le pansage, c'est le brossage des chevaux. On cure les pieds, c'est important, parce que comme ça on voit s'ils n'ont pas de blessure aux membres ou sous le pied, tout ça, s'il n'y a pas de cailloux qui sont coincés.
Une fois que ça s'est fait, on met le tapis, la selle, la sangle, le filet et voilà, on vérifie que tout est bien correctement installé, on se met à cheval et puis après, on profite de l'itinéraire.

On fait à peu près 2 ou 3 h de cheval le matin, après on trouve un coin pour pique-niquer. En règle générale, on s'occupe toujours des chevaux avant de nous, parce qu'ils nous portent quand même toute la journée, donc c'est la moindre des choses.
Et puis, une fois que le pique nique est fait on repart à cheval.

Ce métier demande beaucoup de compétences très variées. Parce que il faut savoir s'occuper des chevaux, il faut savoir construire un itinéraire, principalement sur les cartes IGN. Après, au cours de la rando, on peut être aussi à même de remettre un fer si nos chevaux défèrent dans la randonnée. Et après, il y a le côté relationnel avec les différentes personnes, donc être patient, être pédagogue et savoir gérer un groupe.

Les points positifs de ce métier, c'est quand même le cadre de vie. On a des paysages magnifiques, surtout en Savoie, avec les montagnes. Le deuxième point fort, je dirais que c'est le côté rencontre avec les différents publics. Et nous, notre métier, c'est de faire découvrir notre territoire là où on évolue, et ça, c'est gratifiant aussi, faire découvrir les montagnes, le côté historique aussi, et tout ça.

Les points un peu plus négatifs, c'est le côté financier, la plupart du temps, ce n'est pas des métiers où on gagne énormément de sous. Un des autres points faibles, c'est aussi les aléas climatiques, quand il fait mauvais, les chevaux ils sont toujours là, Il faut y aller, aller leur donner à manger et s'en occuper.

Ce que j'aime dans ce métier, c'est déjà le contact avec les chevaux, parce que c'est des animaux qui ressentent beaucoup de choses et on arrive à créer une vraie relation avec nos chevaux. Ensuite, ce que j'aime bien, c'est évoluer dans la nature, pour moi, c'est aussi très important. Quand viennent les beaux jours, c'est que du plaisir.

Une vidéo
produite par

Onisep Auvergne-Rhône Alpes - Site de Grenoble

Liste des vidéos

Retour en haut