233 vues

Accompagnatrice en montagne

Anne est accompagnatrice en montagne: elle encadre des randonnées à pied l’été et en raquettes l’hiver. Lors de ses sorties, elle tient compte des capacités physiques des participants mais aussi des conditions météorologiques. Elle partage ses connaissances sur le milieu montagnard: la faune, la flore, la géologie, les activités humaines.
Moi, c'est Anne Lozé, j'ai 27 ans et je suis accompagnatrice en montagne.

Le métier d'accompagnatrice en montagne, c'est encadrer des personnes en montagne dans un milieu spécifique, quand même, en randonnée ou en raquettes l'hiver, sans limites d'altitude, mais avec une limite de moyens. Donc, on ne va pas sur les zones glaciaires et on n'utilise pas de corde ou de méthodes d'alpinisme avec des crampons ou des piolets ou autres. Et on apporte toutes nos connaissances sur le milieu montagnard, que ce soit la faune, la flore et les activités humaines, la géologie.

- Vraiment fait un truc qui s'est surélevé du centre, mais aussi des plis qui se sont créés à l'extérieur du point de compression.

Il y a plein de façons d'exercer. On peut faire des randonnées à la journée, des treks sur plusieurs jours en itinérance, soit au refuge, mais aussi en bivouac, en cabane. On peut aussi exercer en marche nordique ou trail. Et enfin, on peut aussi faire des cycles pédagogiques avec des scolaires. Le déroulé d'une journée : on commence par un petit briefing sur le programme de la journée. Comment va être la randonnée ? Quels sont peut-être les passages techniques ou délicats ? La météo du jour ? Et ensuite, on y va, on va partir, on va marcher.

Donc, sur la randonnée on va faire plusieurs interventions. On fait des pauses pour observer la nature, pour regarder ce qu'il y a autour de nous. Donc, ça peut être les arbres, les plantes, les petites herbes.

- En fait, elle est comestible et ça fait comme un petit bonbon dans la bouche acidulé. Du coup, il faut tester, mais il ne faut pas non plus en manger trop.

Et ensuite, il y a le pique-nique. Souvent, il y a une sieste au soleil, si on peut. Ensuite, l'après-midi, c'est souvent la redescente, le retour.

Pour ce métier, il faut savoir s'adapter à n'importe quel terrain, mais aussi n'importe quelle personne. On peut être amené, par exemple, à changer la randonnée complètement, ne pas atteindre le sommet, changer d'itinéraire pour des questions de sécurité. Il faut avoir un bon contact humain. Il faut savoir communiquer. Ensuite, il faut quand même être curieux et autonome aussi, parce qu'on est seul avec notre groupe et se débrouiller en toutes circonstances. Les points positifs, c'est être dehors tout le temps et aussi profiter de cette nature et la faire découvrir aux personnes.

- Le travail des artistes qui est ressorti.

Dans les inconvénients, la météo n'est pas toujours un beau soleil comme aujourd'hui. Et après, c'est vrai que c'est quand même un métier qui est physique, mais il y a aussi la fatigue mentale, en fait, quand on accompagne les gens. Parce qu'il faut quand même être là pour eux, il y a des attentions à avoir. Et donc, finalement, ce métier c'est vraiment passer des moments formidables en montagne, redécouvrir ces moments à travers le regard des autres et partager nos connaissances qu'on a du territoire. C'est vraiment un émerveillement chaque jour.

Une vidéo
produite par

Onisep Auvergne-Rhône Alpes - Site de Grenoble

Liste des vidéos

Retour en haut